Culture & Patrimoine

Les viscères

Le cerveau

Petitcolin, cerveau de cheval, moulage en plâtre

   La splanchnologie est la science qui étudie les viscères (cerveau, cœur, entrailles...). Ici un exemple de cerveau de cheval conservé au musée avec les différentes parties en couleurs.

Ruini, Anatomia del cavallo, 1598 (rééd. 1618) ©VetAgro Sup

   L'encéphale, la partie du système nerveux protégé dans la boîte cranienne, disséqué par Ruini, met en évidence les deux hémisphères du cerveau et le cervelet du cheval.

Les entrailles

Gros intestin du cheval

  

   Chez les herbivores, la digestion de la cellulose (que contiennent les végétaux) nécessite sa fermentation par des micro-organismes. Cette fermentation a lieu dans la cuve qui peut se développer dans l’estomac, dilaté et segmenté en différents compartiments : on parle alors de ruminants (ou polygastriques) comme la vache, la chèvre, le mouton, le dromadaire... En revanche, les herbivores monogastriques ont un estomac de taille normale et la cuve de fermentation se développe dans le gros intestin (caecum et côlon) qui atteint une taille très importante, occupant les 4/5ème de la cavité intestinale. C’est le cas par exemple chez le lapin et le cheval.

Ruini, Anatomia del cavallo, 1598 (rééd. 1618) ©VetAgro Sup

   Les travaux de Carlo Ruini montrent l'importance qu'il accorde aux détails de l’anatomie, visibles dans cette gravure qui représente les viscères du cheval et qui permet de voir le gros intestin.

Lafosse, Cours d'hippiatrique, 1772

 Quant à l'illustration faite par Lafosse, elle témoigne de ses débuts, lorsqu'il disséquait de nombreux cadavres de chevaux chez les équarrisseurs, afin de se familiariser avec l’anatomie du cheval. Il suivra en outre de 1753 à 1756 les cours d’anatomie donnés par Ferrein à la Faculté de Médecine, où il pratique également la dissection.

   Le Cours d'hippiatrique de Lafosse a souvent été relié en deux ouvrages séparés, à cause de la taille et du volume du livre entier ; il est donc très rare de trouver deux exemplaires de cet ouvrage réunis en une seule reliure, comme c'est le cas pour l'exemplaire numérisé par la bibliothèque, un exemplaire de luxe sur papier épais avec les planches colorées à la main qui est suivi des planches en noir et blanc. Enfin, il faut signaler que ce traité a eu seulement une édition, financée par l'auteur lui-même et qui l'a ruiné à cause de son coût exorbitant.