Culture & Patrimoine

Un art de fer

La forge

Fiaschi, Trattato dell'imbrigliare, atteggiare, & ferrare cavalli, 1603

   Fiaschi fonda une école d'équitation et publia un traité sur les mors et la ferrure en 1556. Il y décrit en détail la bouche, les mors et les brides des chevaux. Les illustrations y sont nombreuses et parfois complexes. Il expose également ses idées sur le dressage et l'entraînement des chevaux.

 

  La partie qui concerne la ferrure présente des gravures des différentes sortes de fers alors utilisés et des conseils et informations utiles pour les maréchaux-ferrants. C'est le premier traité sur les fers à cheval ;  il restera en usage jusqu'au XIXe siècle. Ici l'illustration qui est faite de la forge est assez sommaire mais l'action qui s'y déroule est très claire ; on notera l'expression fatiguée voire blasée du cheval.

De Garsault, Le nouveau parfait maréchal, 1741 (rééd. 1805) ©VetAgro Sup

  La représentation de la forge par François Alexandre de Garsault est davantage détaillée et légendée, avec tout le processus expliqué, depuis la forge du fer jusqu'à la parure sur le pied du cheval.

 

   Garsault peut être envisagé comme le successeur de Solleysel bien qu'il ait publié son chef-d’œuvre beaucoup plus tard, en 1741. En effet, le titre de son ouvrage le plus important, Le Nouveau parfait maréchal, implique une affinité avec Solleysel. Leur approche apparaît comme similaire et dans une certaine mesure les deux hommes ont reçu le même type d'entraînement. Garsault y fournit en outre une critique méticuleuse de la connaissance de l'époque et surtout des traitements disponibles.

  

   Comme l’indique le sous-titre de l'ouvrage, La connaissance générale et universelle du cheval, ce livre ne prétend pas être un traité de médecine mais plutôt un ouvrage de vulgarisation sur le cheval, complet sans être trop spécialisé de manière à être accessible au plus grand nombre de lecteurs. C’est sans doute pour ces raisons mais également grâce à une illustration fournie et de belle facture que Le Nouveau parfait maréchal aura tant de succès tout au long du XVIIIe siècle.