frzh-CNenes

PUBLICATION - Myocardiopathie hypertrophique : développement des connaissances

L'EnvA participe au développement des connaissances sur une maladie cardiaque rare chez le chien, mais très fréquente chez le chat : la myocardiopathie hypertrophique. 


2022 03 31 Publications 37
Une publication qui fait avancer la médecine vétérinaire en matière de cardiologie. Dans un article récemment publié dans le prestigieux Journal of Veterinary Internal Medicine, des équipes de cardiologie vétérinaire de différents pays s'intéressent à la myocardiopathie hypertrophique, une maladie cardiaque rare chez le chien, mais très fréquente chez le chat.

Cette maladie, possiblement à l’origine de morts brutales comme chez l’Homme, est caractérisée par un muscle cardiaque (ou myocarde) trop épais et trop rigide empêchant le sang de correctement « remplir » l’intérieur du cœur.

Seize équipes spécialisées en cardiologie, nord-américaines, dont l'Ohio State University, Cornell University, Tufts University, Oregon State University, University of Florida, et européennes, notamment le Royal Veterinary College et le service cardiologie de l'hôpital des animaux de compagnie de l'EnvA, ont uni leur savoir-faire et leur expérience pendant plusieurs années et proposent des conclusions qui permettront d'améliorer la détection de cette affection et sa prise en charge.


Abstract

Background
There is a lack of clinical data on hypertrophic cardiomyopathy (HCM) in dogs.

Hypothesis/Objectives
To investigate signalment, clinical signs, diagnostic findings, and survival in dogs with HCM.

Animals
Sixty-eight client-owned dogs.

Methods
Retrospective multicenter study. Medical records were searched between 2003 and 2015. The diagnosis of left ventricular (LV) hypertrophy was made by echocardiographic examination.

Results
Three hundred and forty-five dogs with LV hypertrophy were identified, of which 277 were excluded. The remaining 68 dogs were 0.3 to 14 years old and predominantly <10 kg (85%), and without a sex predilection. Twenty-four % were Shih Tzu and 24% terrier breeds. Most (80%) had a systolic heart murmur. Owner-determined exercise intolerance (37%) and syncope (18%) were most commonly reported signs. The majority (84%) of dogs had symmetrical LV hypertrophy, whereas asymmetrical septal and LV free wall hypertrophy was observed in 9% and 6% of dogs, respectively. Isolated basal interventricular septal hypertrophy was not observed. Commonly recorded were systolic anterior motion of the mitral valve (60%) and LV diastolic dysfunction (89% of dogs where diastolic function was evaluated). Six dogs died unexpectedly, and 3 developed congestive heart failure. Known survival times were between 1 day and 114 months after diagnosis.

Conclusions and Clinical Importance
Hypertrophic cardiomyopathy in dogs should be considered as a differential diagnosis if LV hypertrophy is identified. Small breed dogs are overrepresented, and it is uncommon for dogs with HCM to develop CHF although sudden death can occur.


Résumé

Contexte
Il existe un manque de données cliniques sur la cardiomyopathie hypertrophique (CMH) chez le chien.

Hypothèse/Objectifs
Étudier la signalisation, les signes cliniques, les résultats du diagnostic et la survie chez les chiens atteints de CMH.

Animaux
Soixante-huit chiens appartenant à des clients.

Méthodes
Étude rétrospective multicentrique. Les dossiers médicaux ont été recherchés entre 2003 et 2015. Le diagnostic d'hypertrophie ventriculaire gauche (VG) a été posé par examen échocardiographique.

Résultats
Trois cent quarante-cinq chiens présentant une hypertrophie du VG ont été identifiés, dont 277 ont été exclus. Les 68 chiens restants étaient âgés de 0,3 à 14 ans et majoritairement <10 kg (85 %), et sans prédilection de sexe.24% étaient de race Shih Tzu et 24 % de race terrier. La plupart (80 %) avaient un souffle cardiaque systolique. L'intolérance à l'exercice déterminée par le propriétaire (37 %) et la syncope (18 %) étaient les signes les plus fréquemment rapportés. La majorité (84 %) des chiens présentaient une hypertrophie symétrique du ventricule gauche, tandis qu'une hypertrophie asymétrique du septum et de la paroi libre du ventricule gauche était observée chez 9 % et 6 % des chiens, respectivement. Une hypertrophie basale isolée du septum interventriculaire n'a pas été observée. Le mouvement antérieur systolique de la valve mitrale (60 %) et le dysfonctionnement diastolique du ventricule gauche (89 % des chiens où la fonction diastolique a été évaluée) ont été fréquemment enregistrés. Six chiens sont morts inopinément et trois ont développé une insuffisance cardiaque congestive. Les durées de survie connues étaient comprises entre 1 jour et 114 mois après le diagnostic.

Conclusions et importance clinique
La cardiomyopathie hypertrophique chez le chien doit être considérée comme un diagnostic différentiel si une hypertrophie ventriculaire gauche est identifiée. Les chiens de petite race sont surreprésentés, et il est rare que les chiens atteints de CMH développent une ICC, bien qu'une mort subite puisse survenir.