Unités de recherche

Présentation des Unités de recherche

Une activité de recherche structurée en deux pôles

L'ensemble des recherches menées à l'EnvA est structuré autour de deux pôles qui correspondent l'un et l'autre à des enjeux sociétaux de médecine vétérinaire, de santé publique et de médecine comparée.

Chacun des deux pôles fédère des unités de recherche sous cotutelle hébergeant plusieurs enseignants-chercheurs et personnels de l'EnvA. Par ailleurs, certains enseignants-chercheurs du campus exercent une activité scientifique dite individuelle ; ils mettent leurs compétences à disposition d'unités de recherche qu'ils renforcent et dont le centre de gravité est établi sur d'autres campus universitaires partenaires.

Les unités de recherche et activités scientifiques des deux pôles

mouton

Pôle "Maladies animales, zoonoses et risques infectieux"

De très nombreuses maladies animales sont causées par des organismes pathogènes, bactéries, parasites, champignons ou virus. Parfois, elles causent des épidémies animales appelées épizooties, ou zoonoses lorsqu'elles sont également transmises à l'homme. 
Les agents pathogènes et les organismes hôtes sont en constante évolution, créant des variation du binôme hôte-pathogène, à l'origine de maladies dites émergentes, à haut risque morbide du fait de la nouveauté qui rend les méthodes de lutte partiellement inefficaces.

Lire la suite...

Dans le domaine de l’infectiologie, l’étude des maladies virales et des maladies transmises par les tiques et les moustiques est un enjeu majeur pour notre siècle. Cela permet de mieux comprendre les mécanismes de franchissement de la barrière d’espèce, tout en étudiant les mécanismes de transmission et de traitement des maladies infectieuses émergentes. 
Le développement des nouvelles approches de vaccination et de suivi des maladies infectieuses animales est aussi essentiel pour répondre à la commande publique lors des graves crises sanitaires.

Crédit photo : Epimai

Pour mémoire, les unités :

 

cheval

Pôle "Physiopathologie et thérapie du muscle, de l’appareil locomoteur et de la reproduction"

Nos recherches ciblent le bien-être des animaux et de leurs propriétaires en développant de nouveaux outils d’imagerie et d'évaluation fonctionnelle de la locomotion normale ou pathologique chez le cheval et les carnivores domestiques, ainsi que de la fonction cardiaque chez les animaux domestiques. Ces outils permettent de valider objectivement l'efficacité de dispositifs destinés à prévenir ou traiter les affections dont les animaux peuvent être spontanément atteints.

Lire la suite...

Nous étudions également les mécanismes qui sous-tendent les processus morbides des affections locomotrices et cardiovasculaires, ce à l'échelle systémique, tissulaire, cellulaire et moléculaire. Cette caractérisation nous permet d'identifier précisément la séquence des dysfonctionnements qui induisent les maladies. La possibilité d'une modulation ciblée de ces mécanismes morbides par l'usage raisonné de médicaments, cellules correctrices ou dispositifs médicaux innovants et bien tolérés, est un enjeu majeur de nos recherches et constitue une opportunité de nouveaux traitements des affections osseuses, neuromusculaires, locomotrices et cardiaques chez l'animal. Les échanges constants entre nos résultats et ceux obtenus par les chercheurs en médecine humaine permettent aux deux communautés de confronter leurs avancées, avec pour conséquence un gain de temps et d'efficacité pour la mise sur le marché de thérapies innovantes pour l'animal et les patients. 

Les études que nous menons sur les cycles reproductifs des espèces animales modèles permettent d'élargir nos connaissances sur la grande diversité des mécanismes, par exemple, celui de la maturation des ovocytes. De l'identification de cette variabilité naturelle, il découle des spécificités que nous intégrons pour optimiser les biotechnologies reproductives chez les animaux. Ces innovations bénéficient aux filières d'élevage et soutiennent la biodiversité animale. En effet, elles peuvent être mises en œuvre pour contourner l'insuccès reproductif qui condamne à la disparition les espèces sauvages déjà menacées par leur faible effectif.

Crédit : BPLC

Pour mémoire, les unités :

  • agreenium
  • eaeve
  • hceres
  • ministere-agriculture-alimentation
  • universite-paris-est

    The first research axis of the EnvA is devoted to animal infectious and zoonotic diseases. It is focusing on the biology, transmission pathways and/or treatments and vaccines of the viruses, bacteria and parasites of veterinary and public health importance.

    • Joint Research Unit in “Virology” (Anses-EnvA-INRA; Head: S. Zientara).
    • Joint Research Unit in “Molecular biology and immunology of parasitic diseases” (Anses-EnvA-INRA; Head: N. Haddad)
    • Joint Research Team in “Epidemiology of animal diseases (Anses-EnvA; Head: B. Dufour)
    • Joint Research Team in “Dynamics of colonisation and infection by Aspergillus fumigatus in the respiratory tract in humans and animals” (UPEC-EnvA; Head: J. Guillot)

     

    The second research axis is devoted to muscular, locomotor and reproduction biology and medicine.

    This includes the following 4 research units:

    • Joint Research Unit in “Equine locomotor pathology and biomechanics” (EnvA-INRA; Head: N. Crevier-Denoix)
    • Joint Research Unit in “Bioengineering and Bio-imaging of osteo-articular tissues” (CNRS-EnvA-Université Paris Diderot; Head: H. Petite)
    • Joint Research Unit in “Developmental and reproduction biology” (EnvA-INRA; Head: C. Cotinot)
    • Joint Research Team in “Biology of the neuromuscular system (UPEC-INSERM-EnvA-EFS; Head: F. Relaix)
    • Joint Research Team in “Pharmacological strategies and experimental therapeutics for myocardial ischemia and heart failure” (UPEC-INSERM-EnvA; Head: B. Ghaleh)

     

    Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de navigation et de fournir des fonctionnalités supplémentaires.