CarboPop : un projet pour améliorer les traitements des animaux

L’EnvA est coordinateur d’un essai clinique entre les quatre écoles vétérinaires françaises visant à mettre en place une démarche de suivi thérapeutique pharmacologique chez les chiens traités par chimiothérapie au carboplatine. L'enjeu : mieux adapter les traitements médicamenteux des animaux.

Des médicaments à marge thérapeutique étroite


La majeure partie des médicaments utilisés en médecine vétérinaire présente une grande sécurité d’emploi. Néanmoins, pour certains d’entre eux (molécules de chimiothérapie, certains antibiotiques, etc.), le risque d’effets indésirables aux doses thérapeutiques peut être important. On parle alors de médicaments à marge thérapeutique étroite. Afin de limiter le risque de toxicité tout en préservant l’efficacité de ces médicaments, il est nécessaire d’adapter très précisément la dose administrée aux caractéristiques individuelles de chaque animal (âge, sexe, race, etc.). En effet, ces différents facteurs peuvent faire varier la concentration d’un médicament dans le sang et entraîner la perte de l’efficacité ou, au contraire, l’apparition d’effets toxiques.

icono

L’essai CarboPop


L’EnvA a récemment reçu un financement pour une durée de trois ans de l’Institut Agreenium, pour évaluer l’influence de différentes caractéristiques individuelles sur la concentration de carboplatine chez le chien. Cette molécule, utilisée en chimiothérapie, présente une grande variabilité d’un individu à l’autre, et la description des facteurs influençant son efficacité pourrait permettre d’ajuster très précisément la dose à chaque individu pour maximiser les chances de réussite du traitement. Cet essai clinique, conjoint entre les quatre écoles vétérinaires françaises permettra d’évaluer par simples prises de sang, la concentration de carboplatine dans le sang des chiens traités. Il permettra ensuite de modéliser, grâce à des outils statistiques puissants, l’influence des différentes caractéristiques individuelles sur l’efficacité du traitement.

À terme, la généralisation de cette démarche pourrait permettre à la médecine vétérinaire d’entrer dans l’ère de la médecine personnalisée et individualisée grâce au suivi thérapeutique pharmacologique.
Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de navigation et de fournir des fonctionnalités supplémentaires.