frzh-CNenes

Publication - Nouvelle étude sur les maladies héréditaires oculaires du chat


Le service d'ophtalmologie de l'EnvA a publié, il y a quelques jours, dans une revue anglaise, le Journal of Feline Medicine and Surgery, un article consacré à l'épidémiologie des maladies héréditaires oculaires chez le chat.


2022 03 29 Publications 11
Objectifs
Cette étude visait à décrire l'épidémiologie et la présentation clinique des maladies oculaires présumées héréditaires ou à prédisposition raciale dans une population de chats en France.
Méthodes
Les dossiers médicaux des chats présentés à l'unité d'ophtalmologie de l'EnvA de septembre 2013 à août 2017 ont été examinés pour identifier ceux présentant au moins une maladie oculaire présumée héréditaire ou à prédisposition raciale. Les chats présentant des maladies infectieuses oculaires ou systémiques concomitantes ou des antécédents de ces maladies ont été exclus. Les signalements, les antécédents et les résultats cliniques ont été enregistrés.
Résultats
Parmi les 1161 chats présentés au service d'ophtlamologie de l'EnvA durant la période d'étude, 129 ont été diagnostiqués avec au moins une maladie oculaire présumée héréditaire ou à prédisposition raciale (11,1%, intervalle de confiance à 95% [IC] 9,3-12,9).
Cinq anomalies oculaires avaient une prévalence supérieure à 1 % : entropion, séquestre cornéen, persistance de membrane pupillaire, cataracte et dysplasie rétinienne. La prévalence de l'entropion était de 2,2 % (IC 95 % 1,3-3,0), les Persans (P = 0,03), les Maine Coons (P <0,01) et les chats mâles (P <0,01) étant surreprésentés.
La prévalence du séquestre cornéen était de 2,4 % (IC 95 % 1,5-3,3), les Persans (P <0,01) et les chats Exotic shorthair (P = 0,02) étant surreprésentés.
La persistance de membrane pupillaire et les cataractes avaient la même prévalence de 2,3% (IC 95% 1,5-3,2), sans qu'aucun sexe ou race ne soit significativement surreprésenté. La dysplasie rétinienne avait une prévalence de 1,6 % (IC 95 % : 0,8-2,3) et les chats Persans étaient surreprésentés (P = 0,04).
La dysgénésie du segment antérieur avait une faible prévalence (0,9 %, IC 95 % 0,4-1,5), tous les chats affectés étant des chats domestiques européens et ce type racial étant donc surreprésenté (P = 0,04).
Conclusions et pertinence
Dans la population de chats présentés au service d'ophtalmologie vétérinaire de l'EnvA, les maladies oculaires présumées héréditaires ou à une prédisposition raciale représentaient 11,1 % de toutes les maladies oculaires. La cataracte, le séquestre cornéen, la persistance de membrane pupillaire, l'entropion et la dysplasie rétinienne étaient les affections les plus fréquentes. Une surreprésentation de la race statistique a été observée pour l'entropion, le séquestre cornéen et la dysplasie rétinienne. Nous recommandons de procéder à un dépistage de maladies oculaires présumée héréditaires plus systématique dans l'espèce féline.



Epidemiology and clinical presentation of feline presumed hereditary or breed-related ocular diseases in France: retrospective study of 129 cats 
Abstract


Objectives
This study aimed to describe the epidemiology and clinical presentation of presumed hereditary or presumed breed-related ocular diseases in a population of cats in France.

Methods
Medical records from between September 2013 and August 2017 were reviewed to identify cats with at least one presumed hereditary or breed-related ocular disease. Cats with concurrent, or a history of, ocular or systemic infectious diseases were excluded. Signalment, history and clinical findings were recorded.

Results
Of the 1161 cats that presented to our institution during the study period, 129 were diagnosed with at least one presumed hereditary or presumed breed-related ocular disease (11.1%, 95% confidence interval [CI] 9.3–12.9). Five ocular abnormalities had a prevalence of >1%: entropion, corneal sequestration, persistent pupillary membrane, cataract and retinal dysplasia. The prevalence of entropion was 2.2% (95% CI 1.3–3.0), with Persians (P = 0.03), Maine Coons (P <0.01) and male cats (P <0.01) being over-represented. The prevalence of corneal sequestration was 2.4% (95% CI 1.5–3.3), with Persians (P <0.01) and Exotic Shorthairs (P = 0.02) being over-represented. Persistent pupillary membranes and cataracts had the same prevalence of 2.3% (95% CI 1.5–3.2), with no particular sex or breed significantly over-represented. Retinal dysplasia had a prevalence of 1.6% (95% CI 0.8–2.3) and Persian cats were over-represented (P = 0.04). Anterior segment dysgenesis had a low prevalence (0.9%, 95% CI 0.4–1.5), with all affected cats being domestic shorthairs and this breed therefore being over-represented (P = 0.04).

Conclusions and relevance
In a French population of cats, presumed hereditary or breed-related ocular diseases accounted for 11.1% of all ocular diseases. Cataracts, corneal sequestration, persistent pupillary membrane, entropion and retinal dysplasia were the most common conditions. Statistical breed over-representation was observed for entropion, corneal sequestration and retinal dysplasia. We recommend that more systematic screening of feline species is conducted.