Publication - Évaluation de la sensibilité de 21 chiens entraînés à la la détection olfactive de la Covid-19


Nouvelle publication de l'équipe Nosaïs-Covid19 portée par le Pr Dominique Grandjean, enseignant-chercheur de l'EnvA, en partenariat avec les Émirats Arabes Unis. Cet article, rendu public le 22 avril 2021 via le Journal of Veterinary Science & Research (OAJVSR), évalue la sensibilité de 21 chiens entraînés à détecter la Covid. 


IMG 20210218 WA0004

Résumé

Utilisation de la détection olfactive canine pour le test Covid-19 - Étude sur la sensibilité des chiens de détection entraînés aux Emirats Arabes Unis (EAU)

Cette étude visait à évaluer la sensibilité de 21 chiens appartenant à différentes administrations des Émirats arabes unis, entraînés à la détection olfactive du covid-19. L'étude a impliqué 17 chiens de détection d'explosifs, deux chiens de détection de cadavres et deux chiens sans formation préalable à la détection. L'entraînement a duré deux semaines avant de commencer le protocole de validation.

Des alignements séquentiels de cinq et sept cônes ont été utilisés avec des échantillons de sueur axillaire provenant de 151 individus ayant des symptomes de la Covid-19 (tests PCR positifs) et de 110 individus asymptomatiques négatifs (tests PCR négatifs). Chaque alignement comportait un échantillon positif et au moins un échantillon négatif. Le chien devait marquer l'échantillon positif, placé au hasard derrière l'un des cônes.

Le chien, le maître-chien et l'enregistreur de données étaient aveugles quant à l'emplacement de l'échantillon positif. Les sensibilités globales calculées étaient entre 71 % et 79 % pour trois chiens, entre 83 % et 87 % pour trois autres chiens et égale ou supérieure à 90 % pour les 15 chiens restants (plus de deux tiers des chiens). 

Après avoir calculé la sensibilité globale de chaque chien en utilisant des lignes complètes, les sensibilités "appariées" ont été calculées en n'incluant que les lignées contenant des échantillons positifs et négatifs pour le covid-19, strictement comparables sur les facteurs de confusion tels que le diabète, l'anosmie, l'asthme, la fièvre, les douleurs corporelles, la diarrhée, le sexe, l'hôpital, la méthode de prélèvement de la sueur et la durée de l'échantillonnage. 
La plupart du temps, les sensibilités ont augmenté après l'appariement.

L'état de la pandémie aux EAU, associées à la volonté d'utiliser les chiens comme un outil efficace de pré-testing de masse, ont déjà conduit au déploiement opérationnel des chiens engagés dans cette étude. Les études futures se concentreront sur les résultats comparatifs des tests de terrain, y compris l'impact des principales comorbidités. covid-19 comorbidités et d'autres infections des voies respiratoires.

***

Abstract

Use of Canine Olfactory Detection for Covid-19 Testing - Study on U.A.E. Trained Detection Dog Sensitivity

This study aimed to evaluate the sensitivity of 21 dogs belonging to different united arab emirate administrations, trained for covid-19 olfactory detection. The study involved 17 explosives detection dogs, two cadaver detection dogs and two dogs with no previous detection training. Training lasted two weeks before starting the validation protocol. Sequential five and sevencone line-ups were used with axillary sweat samples from 151 symptomatic covid-19 individuals (sars-cov-2 pcr positive) and from 110 asymptomatic covid-19 negative individuals (sars-cov-2 pcr negative). Each line-up had one positive sample and at least one negative sample. The dog had to mark the positive sample, randomly positioned behind one of the cones.

The dog, handler and data recorder were blinded to the positive sample location. The calculated overall sensitivities were between 71% and 79% for three dogs, between83% and 87% for three other dogs and equal to or higher than 90% for the remaining 15 dogs (more than two thirds of the 21 dogs). After calculating the overall sensitivity for each dog using all lineups, “matched” sensitivities were calculated only including line-ups containing covid-19 positive and negative samples strictly comparable on confounding factors such as diabetes, anosmia, asthma, fever, body pain, diarrhoea, sex, hospital, method of sweat collection and sampling duration. Most of the time, the sensitivities increased after matching.

Pandemic conditions in the U.A.E., associated with the desire to use dogs as an efficient mass-pretesting tool has already led to the operational deployment of the study dogs. Future studies will focus on comparatives fields-test results including the impact of the main covid-19 comorbidities and other respiratory tract infections.


Auteurs/Authors :

Dominique Grandjean1, Dana Humaid Al Marzooqi2, Clothilde LecoqJulien1, Quentin Muzzin1, Hamad Katir Al Hammadi2, Guillaume Alvergnat2, Kalthoom Mohammad Al Blooshi3, Salah Khalifa Al Mazrouei4, Mohammed Saeed Alhmoudi2, Faisal Musleh Al Ahbabi5, Yasser Saifallah Mohammed6, Nasser Mohammed Alfalasi4, Noor Majed Almheiri3, Sumaya Mohamed Al
Blooshi3 and Loïc Desquilbet1

1 - Ecole nationale veterinaire d’Alfort, Universite Paris Est, France
2 - International Affairs Bureau, Ministry of Interior of the UAE
3 - Ministry of Health and Prevention of the UAE
4 - Dubaï K9 Units, General Department of Protective Security and Emergency, UAE
5 - Infectious diseases program, Abu Dhabi Health Center, UAE
6 - Dubaï Health Authority, UAE


>>> À lire aussi : "Can the detection dog alert on COVID-19 positive persons by sniffing axillary sweat samples? A proof-of-concept study"
>>> À lire aussi : partenariat EnvA-OMS dans le cadre du projet Nosaïs
Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de navigation et fournir des fonctionnalités supplémentaires.